Achetons moins, achetons mieux


French Touche est né d’un constat sociétal fort : les citoyens consomment encore trop à la façon de nos parents et grands-parents : beaucoup et sans souci écologique. Cela se comprend. Au lendemain de la seconde guerre mondiale qui aura marqué le XXème siècle par sa violence et son ampleur, la France entre avec plaisir dans une période d'euphorie, de plein emploi, et de croissance économique sans se soucier de son environnement.

Les accords de Schengen signés en 1985 et l’émergence de la Chine sur le marché international intensifient la circulation des marchandises à travers le monde. Face à cette baisse des prix due au coût du travail chinois beaucoup moins élevés qu’en Europe, les Français, heureux de voir leur pouvoir d'achat augmenter, privilégient le prix à la qualité et ne regardent pas les conditions de travail des gens qui fabriquent leur frigo, leur téléviseur ou leur sweat-shirt. A l'époque, cela n'intéressait pas grand monde, soyons honnête !

30 ans plus tard, les choses évoluent et une prise de conscience commence (enfin) à avoir lieu. D'abord les citoyens puis les entreprises. Patagonia ou Faguo sont la preuve de l’émergence d’entreprises aux valeurs fortes. Comme French Touche.

Au-delà du patriotisme économique, la qualité obtenue en produisant nos vêtements en France est supérieure à celle obtenue partout ailleurs. Et leur impact écologique bien plus faible. Nous n'avons donc trouvé que des bons points à produire dans notre bonne vieille France (sauf le coût de production qui parfois s'envole, on est d'accord).

Acheter un peu moins et un peu mieux, c’est préserver notre planète, parce que produire un T-shirt consomme en moyenne plus de 4000 litres d’eau et un paquet d’essence pour l’emmener jusqu'à votre boîte aux lettres. En comparaison, un de nos T-shirts consomme 2000 litres d'eau et parcourt 1207 kilomètres quand son cousin taïwanais consomme 4200 litres et parcourt 11 000 kilomètres pour arriver jusqu'à chez vous…

Chez French Touche, quand on vous dit qu’on fait du Made In France, ce n’est pas du marketing, ce sont des convictions.


Laissez un commentaire